Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Textes de slam du 17 mars

20 Mars 2012 , Rédigé par profs Publié dans #Guerre d’Algérie - carrefour des Mémoires

A l'occasion du Carrefour des Mémoires , des élèves de 1ES1 et 1S1 ont interprété des textes de slam de leur composition réalisés avec l'aide d'Eva DT de Ramdamslam link.

slam 2

Voici certains des textes ( les autres pour bientôt) :

 

Chaotique
Les soldats chuchotent en cachette tous les crimes indéfinis sous une chaleur qui me brûle qui me tue. Je n’entends pour l’instant que les mouches sifflotantes  dans ce vent doux bien trop calme au milieu de ces clous qui me piquent qui me vrillent. Et l’attaque s’est vite lancée. Les hélicoptères se mirent à voler, à vibrionner. J’en ai si peur de ce bruit infini, qui se répète dans mon esprit démoli. Je ne peux que m’enfermer dans les profondeurs de l’oubli, dont l’abîme n’est égal qu’au nombre de morts qui défilent.

Enfant Mal-aimé
Mon cœur balance entre ces flammes, entre ces drames qui me hantent. Mon esprit flanche à chaque « on dit » qui circule entre toutes ces villes ridicules. Et lorsque je pense à toutes les horreurs que l’on me colle à la peau, mon âme s’échappe ne voulant écouter un seul mot. Et ces infamies faites par mes ancêtres que je n’ai jamais connus me torturent l’esprit, comme si c’était moi qui l’ai avais commises.
Je suis l’enfant mal aimé du destin de la guerre. Je suis l’enfant qui hérite de toute cette misère.

Délire infernal
Je m’enferme sur moi-même où ma peur m’emmène. Je découvre une âme nouvelle. La mienne ?
TIC CRAC TIC CRAC
Les secondes défilent, se déroulent devant les coups incessants menaçants des hommes en rouge.
Des hommes à la peau blanche, brune. Partout ils se trouvent, dans les airs, dans la terre.
Qui dois-je suivre ? Qui est qui ? Je ne sais même pas qui je suis.
TIC CRAC TIC CRAC
Mon sang s’écoule. Je ne peux y vivre, dans ce pays sans vie. Le monde s’y évanouit, disparaît dans les flammes de l’enfer. La terre en rougit, de honte de ce sang bouillant sortant des veines de la Terre. La guerre a envahi mon pays. Et mon âme, cette infâme n’est qu’une lâche qui se perd.
TIC CRAC TIC CRAC
Je veux fuir.
TIC CRAC TIC CRAC
BOUM!

Lilya  Oulebsir1S1

 

 

Aujourd'hui, le peuple s'est soulevé, soulevé contre cette hypocrisie maladive.. hypocrisie d'une contrée colonisatrice.
On me parle de pacification et d'événements d'Algérie, je parle de mensonges et de trahison. Apporter la paix avec la violence, quel écoeurant paradoxe ! Je parle de guerre, de traumatisme, de souffrance, de violence, d'errance d'esprit et de perte d'humanité. Le peule s'est divisé, arraché, écartelé sous l'espoir d'une paix idéalisée, mais toute l'histoire n'est pas si sombre et à l'ombre de cette hécatombe, la paix n'est pas si utopique. 

Loutfi Sanaa, 1ère S1

 

 

La Guerre d'Algérie

Peut-on parler d'une seule guerre ? Non, mais plutôt d'une « Triple guerre » :

Une guerre franco-algérienne, une guerre algéro-algérienne et une guerre franco-française.

En effet, on parle de « Trois guerres en une ». La Guerre d'Algérie est la genèse

D'un conflit de liberté. Pourquoi, on s'entretue alors que nous sommes tous des frères.

La Guerre d'Algérie est une guerre sans nom et violente

Où beaucoup de pauvres Algériens, d'enfants furent détenus,

Massacrés, tués malgré les recommandations de l'O.N.U

Cette guerre est un événement si dur à oublier et si choquant.

La mémoire de la Guerre d'Algérie demeure, malgré cinquante années passées.

Des milliers d'Algériens ont été frappés, blessés, torturés, abattus par la France !

Ce pays qui a fait de l'Algérie un département français a laissé derrière elle tant de souffrance.

C'est pourquoi, certains Algériens n'ont pas pu effacer dans leur mémoire ces événements si atroces.

 

Sabri Hamid 1S1

 

La Guerre d'Algérie

La guerre d'Algérie a été atroce d'où des mémoires vives avec des souffrances. Le passé colonial n'a jamais été convivial à cause du nombre de morts qui entraîne un noir effrayant de désespoir. L'insurrection n'a jamais été de la fiction mais toujours de la tension remplie de sensations mauvaises et marquantes. Alors la guerre d'Algérie, fallait-il y croire oui ou non ? Tout ce que je sais, c'est une « guerre sans nom » précisément trois guerres en une: franco-française, franco-algérienne et algéro-algérienne considérée comme la mienne. La précipitation de l'opposition des pieds-noirs déclenche des répressions et des éliminations de victimes innocentes. Ces répressions entraînent des manifestations du FLN pour la pacification et la réconciliation d'où la proclamation et une émergence d'une indépendance dans la douleur. Alors une guerre justifie-t-elle la perte de pères, de mères et de frères? La colonisation pour certains a été positive, pour d'autres négative et quand je vois le film négatif de cette histoire, je n'aperçois que les visages de personnes mortes, blessées, assassinées et terrorisées à travers un reflet de miroir. Ainsi, la guerre d'Algérie était une guerre inévitable et inoubliable.

 

Sabri Faissal 1S1

 

Mémoire des injustices.

100 ans de colonie, 1 siècle d'hypocrisie.

Et enfin sonne le réveil de la patrie,

mais...à quel prix.

Harki et maki, tous sont révoltés.

A ma droite une femme est violée;

à ma gauche un enfant est frappé

et devant moi un vieux édenté massacré.

Dans cette ville d'Algérie

des plus paisibles de cette patrie,

il pleut des gouttes amères

sans doute d'enfants arrachés à leurs familles

puis enfermés et séquestrés.

Famille décomposée... famille brisée!!!

 

Mamoun Berka Aymane 1S1

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mme Boulogne 21/03/2012 10:40

Félicitations
catherine Boulogne
Félicitations aux élèves qui ont participé au spectacle lors de la Porte Ouverte du 17 mars. Leur prestation et leur engagement dans ce projet étaient remarquables.
Un grand merci également à toute l'équipe des professeurs d' Histoire-géographie qui s'implique avec "force et conviction" !
Je n'oublie pas tous nos partenaires sans qui ce projet n'aurait pu avoir cette ampleur.
Merci à tous !
Catherine Boulogne, proviseure du lycée Senghor de Magnanville.