Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Manga : expression de la puissance culturelle japonaise ?

25 Avril 2012 , Rédigé par profs Publié dans #Terminale géographie

Voici les notes d'un exposé sur les mangas effectué par Baptiste Letailleur (TS1) dans le cadre de l'étude du Japon .

Le Manga : expression de la puissance culturelle japonaise ?

 

I. : L'histoire du manga.

VII.e siècle : quelques graffitis

"Rouleau des animaux"   -> Caricatures style "La Fontaine" des grands de l'époque (nobles , prêtres, samouraïs)

Chouju sumou

                  ->E-maki

Ere Edo (1603-1868) -> Age d'or de l'E-maki

E-maki 1

                    -> naissance de l'estampe

estampe-kunisada

                    -> naissance du E-hon

E-hon

                    -> création du groupe Sharaku

Fin XVIIIe siècle : création du terme "manga" (signifie :"image libre")

Ere Meiji (1868-1912) tentative d'interdiction du "mauvais Japon"

                  -> notion "d'esprit samouraï"

L'installation du manga : Ere Taishô (1912-1926) période très libérale

                  Utilisation du manga comme éducateur pour les enfants

                  Création des grands éditeurs Kôdansha (à Bunkyô en 1909), Shueisha (à Chiyoda en 1925)

                  Inspiration très américaine au début

Ere militariste (1925-1945) très répressive (censure)

                  Utilisation du manga comme propagande

 

II. : Naissance du manga moderne.

Datée de 1947 : avec la parution de Shintarakajima par Osamu Tezuka (1928-1989)

                                         surnommé "Le Dieu du manga" ("Kami no manga-sama")

Marquée par le traumatisme de la guerre, de la défaite et de l'occupation

      création de 2 grands genres :

            - (Post-)Apocalypse : faillite du système des adultes puis des adolescents (souvent orphelins) rebâtissent le monde

                             exemple : Akira, Gen d'Hiroshima, Gunnm

Gen d'Hiroshima

            - Mécha : Des adolescents japonais sauve le monde d'invasion extraterrestres grâce à des robots de combat

                             exemple : Goldorak

Bombe atomique : découverte de l'écrasante puissance de la science

            - Aventure scientifique : un jeune japonais met tout son courage et son savoir au service du Bien

                             exemple : Astroboy

Astroboy

Gen d'Hiroshima : récit de l'holocauste nucléaire par un survivant, Keiji Nakazawa.

              Le manga réussi à briser un tabou comme aucun autre "média" n'aurait pu le faire.

80s' apogée du manga

 

 

III. : La crise.

En 1989, deux événements provoquent la crise du manga :

            - la crise économique et sociale que traverse le Japon (pas d'argent, pas d'achat)

                  crise toujours effective en ce moment du point de vue social

                  on peut aussi y ajouter la crise démographique que connait le Japon

            - la mort d'Osamu Tezuka le 9 février, le Dieu du manga.

Les ventes chutent de 30% (passant de 1,9 à 1,3 milliards de ventes papier)

Baisse du chiffre d'affaires de 17% (arrivant à 481 milliards de yens, environ 4 milliards d'euros)

Crise des "mangas préfabriqués" (sans grande valeur artistique) et des mangas dits "de collage" (sans innovations ni créativité)

Absence de mangakas (dessinateurs) de génie

Perte du pouvoir des mangakas face aux éditeurs

La crise démographique du Japon n'arrange en rien la crise du manga car son industrie est centrée sur les jeunes.

 

 

IV. : L'exportation, le renouveau ?

Débute vers la fin des années 60 par les séries télévisées (Goldorak, Olive et Tom, Jeanne et Serge...)

2 Japons : - le Japon zen (cérémonie du thé, jardins zens)

         - le Japon populaire (superstition)

Le manga réussit à réunir les 2 Japons, ce qui peut expliquer son succès universel même en dehors des frontières

La France : 1er marché du manga à l'exportation

            commence en 1989 avec la sortie d'Akira de Katsuhiro Otomo

            1996 : 20 séries traduites ou en cours au total

            2000s : explosion du marché 

            2008 :  12,4 millons de tomes vendus

                  37% des ventes de BD

                  120 millions d'euros de profit

            2010 : 700 séries traduites de (460 auteurs différents)

Les Etats-Unis : 2e marché du manga à l'exportation

             4 fois moins de ventes qu'en France

             alors que 5 fois plus nombreux

  Shintakarajima

 

Conclusion :     

Le manga est devenu en moins d'un siècle le pilier de la culture japonaise

Les crises que connaissent le Japon commencent à le fragiliser

L'exportation est une solution, mais n'offre pas assez de bénéfices

Et le marché intérieur est encore trop loin des offres des marchés extérieurs (en termes de lecteurs)

 

 

nb :on peut compléter cet excellent panorama avec

      * un article des cafés-géographiques :link

       * l'article de P. Ory dans L'Histoire (n°357 ,p. 26 ,mai 2012) "Un Romain à Tokyo" , disponible au CDI

Commenter cet article