Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comptes rendus de la conférence sur N. Mandela

21 Février 2014 , Rédigé par profs Publié dans #Culture - Art - Musique

Lors d'une conférence le 15.02.14, Jean Guiloineau qui est traducteur d'auteurs Sud africains et biographe de Nelson Mandela(1918-2013), a retracé l'histoire du militant devenu président de l'Afrique du Sud.

Celui-ci nous explique que l'histoire de l'Afrique du sud a commencé dès le XVII même siècle, avec la découverte de ce territoire par des voyageurs hollandais. Ces voyageurs remarquent alors que les habitants de cette terre ne sont pas des cannibales, non civilisés comme racontaient les rumeurs, mais au contraire très sociables. La Hollande dans ce siècle était un pays très puissant dans le marché des épices et dans le transport/voyage maritime. Dans ce siècle naît alors "L'afrikaans", une langue basée sur le néerlandais et mixant le créole et l'indien c'est une langue unique parée dans ce territoire encore aujourd'hui.

Au XIX ème siècle, l’Afrique est colonisée par des pays européens, l'Afrique du sud compte alors dans sa population 6-7 millions de blancs dont le reste est noir. Il n'y a plus d'esclaves que maîtres. Donc Afrikaners, noirs et Anglais cohabitent ensemble. L’Afrique du Sud était aussi un pays très convoité par les Européens, car le pays comporte de grosses mines d'or à Johannesburg (43% en circulation depuis 100 ans), les Anglais regrettent alors d'avoir reconnu deux républiques dans le pays (Orange et du Transvaal).

Les Anglais décident alors d’annexer ces territoires par la force, les Afrikaners sont vaincus et pensent gagner le pouvoir autrement, c'est-à-dire par l'éducation de leurs enfants pour gravir peu à peu les échelons, ce qui leur permettra de gagner les élections dans les années 50. Jean Guiloineau explique l'émergence de la notion "d'apartheid", qui est une forme de ségrégation Noire, métisse, Blanche dans une population. L'apartheid est défavorable à la population noire, car celle-ci est confrontée à une sorte de "plafond de verre" car ils ne peuvent pas atteindre un poste plus élevé que ceux qui leurS sont réservés (Ex : Contremaître, ouvrier...).De cet apartheid naissent aussi des réserves indigènes, rassemblant des tribus comme les Kossas ou les Zoulous etc...

Le XX ème siècle signifie le début de la Première Guerre mondiale et la décolonisation de l'Afrique et dans ce siècle, naît Nelson Mandela en 1918 dans le village de Vesoul dans la République du Transkei.

Celui-ci est proche de la famille royale des Tembou, car son père en est le conseiller. Un jour le père de celui-ci perd son travail après c'être interposé contre un blanc. La mère de Mandela décide alors de déménager dans le village de Koussou, Guiloineau décrit ce village comme une sorte de territoire avec des huttes éparpillées un peu partout. Dix ans plus tard, le père de Mandela meurt, la mère de celui-ci est pauvre et ne tarde pas à mourir aussi. Avant sa mort, elle le confie à un Chef Tembou qui par la suite lui permet de faire des études (Collège puis Université), et étudie alors l’anthropologie, le droit mais n'est apparemment pas du tout politisé.

La vie de Mandela commence au moment où il s'est fait renvoyer de son université, le chef tembou veut alors l'obliger à ce marier, celui-ci refuse et s'enfuit à Johannesburg. Là-bas il rencontre un homme Kossa nommé Walter Sisulu, celui-ci travaille dans l'immobilier et se lie d'amitié avec lui. Dans les années 50, les deux amis sont fondateurs de la ligue de jeunesse du Congrès national africain (ANC) qui est un parti politique anti-apartheid. Ce parti se résume par des actions comme la fraude de la ségrégation, des campagnes de luttes inspirées par Gandhi, ou bien du sabotage sans victimes dans les années 60.

Cette ligue a un QG à un Johannesburg, dans une ferme dans la banlieue de Rivonia et réunit les personnes hostiles à l'apartheid.

Mandela veut réunir toutes ces personnes qu'elles soient noires, blanches, asiatiques etc...

Dès 62, Mandela décide de quitter l'Afrique du Sud, pour voyager dans les autres pays d’Afrique, il rencontre alors plusieurs chefs d'État. L'ANC était considérée comme un vieux parti .Mandela a décidé de le ré-crédibiliser, quand celui-ci est rentré de son périple, il a donc raconté son expérience à ses compagnons et souhaite aussi le raconter au chef de l'ANC vivant 900 km de la banlieue. Cependant il n'a pas l'occasion de le faire, car il se fait arrêter pour avoir quitté le pays sans autorisation et se retrouve condamnée à 27 ans de prison. Ses compagnons continuent tout de même leurs activités et ne tarderont pas aussi à se faire arrêter et seront aussi condamnés ici à 25 ans de prison. Nelson Mandela a dit la phrase célèbre "c'est un idéal auquel j'ai consacré ma vie et pour lequel je suis prêt à mourir", mais pour réellement éviter la peine de mort il a ajouté "Si besoin" afin de pouvoir continuer sa lutte. Jean Guiloineau a précisé que la dimension des cellules était très petite, ce qui était difficile pour Mandela qui était quand même grand. Lui et ses amis devaient effectuer 10 heures de travail par jour (cela consistait à casser des pierres comme de la chaux avec une pioche). Quand Mandela est devenu un peu plus vieux, il a muté dans la prison de Roden island et souffrait d'une maladie pulmonaire après ces années de travail épuisant.

Peu après sa libération dans les années 1990, il a dit une phrase un peu trouble " Je suis contre l'oppression du noir par le blanc, et l'oppression du blanc par le noir" qui a semé à la confusion. Mandela a joué un grand de rôle dans les négociations avec le gouvernement pour le droit des noirs et est devenu le premier président noir de l'Afrique du Sud en 1994.

En conclusion, je peux ajouter que Nelson Mandela était un grand homme, qui s'est toujours battu contre toute forme d'oppression, celui-ci était très populaire en Afrique du Sud et a inspiré de nombreux politiques comme Barack Obama, premier président noir des États-Unis. C'était un Géant du XX ème siècle.

CR réalisé par Katia Berroua ,TES2

Jean Guiloineau est un écrivain et traducteur, il a publié des essais, des nouvelles, des biographies, un roman et plus de 120 traductions sud-africaines.

Ayant beaucoup voyagé en Afrique et ayant de nombreuses connaissances là bas, il est venu nous parler de l'histoire de l'Afrique du Sud et de Nelson Mandela.

A partir de son savoir nous verrons donc l'histoire de l'Afrique du Sud depuis le XVIIéme siècle et la montée en puissance de Nelson Mandela.

Au XVIIéme siècle la Hollande est un pays puissant par sa colonisation de l'Indonésie qui lui ouvre le commerce des épices. Mais les voyages entre ces deux pays sont longs et difficiles, on compte plus de 3000 naufrages et donc une perte considérable de marchandises.

En 1648 un navire fait naufrage sur la Baie du Cap , les naufragés y resteront un an. Dès que la Hollande découvre ce territoire elle l'aménage pour qu'il soit un arrêt sur la route des épices. Il y est donc aménagé un port et des cultures afin de ravitailler les navires.

Entre le XVIIéme et le XVIIIéme siècle la population habitant sur la baie augmente et crée une langue basée sur l'hollandais. En 1815 l'Angleterre s'accapare le territoire et emmène une population blanche sur ces terres. En 1835 les Anglais abolissent l'esclavage, les Afrikaners partent donc vers le nord-est n'ayant aucune connaissance du monde .

Dans ces terres ils découvrent des gisements d'or au Witwatersrand en 1886. En effet 43% de l'or mondial vient de Johannesburg. Les Anglais veulent donc reprendre les terres.

En 1948, les Africains noirs n'ayant pas le droit de vote, les 3 millions de nationalistes blancs remportent les élections et prennent le pouvoir.

Leur parti fonde le régime de "l'apartheid", celui-ci privilégie en premier lieu la distinction des hommes blancs et des hommes noirs, le mariage et la cohabitation dans une même ville entre ces deux "races" sont donc interdits. Le territoire est divisé, 87% est réservé au 6 millions de blancs tandis que 13% seulement sont réservés au 13 millions de noirs.

Ils ne suivent pas non plus le même enseignement, les blancs sont souvent formés pour des professions hautement qualifiées laissant le travail d'ouvrier en particulier, aux noirs. Ces territoires deviennent donc des réserves de main d'œuvre.

Nelson Mandela est né en 1918 à Mvezo, sa famille fait partie de la famille royale des Thembu. Son père était le conseillé du roi, mais après s'être opposé à un blanc on lui retire ses fonctions. Sa mère s'enfuit et va à Qunu, un petit village où Mandela passera 10 ans jusqu'à la mort de son père. Sa mère le confie ensuite à son oncle, le roi des Thembu, Mandela est donc inscrit à l'université pour les noirs où il étudiera le droit. Mais suite à des conflits au sein de l'université il rentre chez son oncle qui l'empresse de se marier. Etant contre ce mariage, Mandela et son cousin Justice se sauvent et deviennent gardiens d'une mine d'or. Pendant ces années il fait la rencontre Walter Sisulu qui va l'introduire dans la politique. Il se marie ensuite avec Evelyne Mase, mais les deux époux se séparent, elle se dirige dans la religion et lui devenant militant. Nelson Mandela s'engage au sein de l'ANC en 1950, ce parti représente une union entre les chefs africains. Peu à peu les jeunes en prennent le pouvoir en organisant une campagne de défis, demandant par exemple aux noirs de rentrer dans les bureaux de postes par la porte réservée au blancs ou d'aller au travail à pied, pénalisant donc le travail des transports exercé pas des blancs.

A la fin des années 50 l'Algérie est en train de gagner la guerre par la lutte armée, l'ANC prend donc exemple, elle voudrait organiser un plan en quatre phases : le sabotage, la guérilla, le terrorisme et la révolution. Mandela crée donc une branche armée de l'ANC en 1959, il voudrait que tous les hommes étant contre l'apartheid s'unissent. Ainsi un premier sabotage est perçu en 1961.

Un an plus tard, Nelson Mandela quitte l'Afrique du sud afin de rencontrer les chefs d'Etats indépendants, comme l'Algérie ,pour que l'ANC devienne un jeune parti populaire. A son retour les membres de l'ANC veulent qu'il aille lui même raconter son voyage au président du parti, mais Mandela est recherché par la police pour être parti de l'Afrique du Sud sans autorisation et pour être considéré comme un terroriste. Malgré son déguisement de voiturier il est arrêté et condamné . Lors de son procès Mandela dit "J’ai combattu la domination blanche et j’ai combattu la domination noire. Je chéris l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient en harmonie et sur un pied d’égalité […] C’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir". Il est emprisonné sur l'île de Robben Island où il travaille 10 heures par jour. En 1982 on retire Mandela de Robben Island pour le transférer dans la prison de Victor Vester afin de négocier avec lui.

En 1989 Pieter Botha ne peut plus assurer le pouvoir en Afrique du Sud, Frederik de Klerk le succède avec pour but d'abolir l'apartheid et libérer Mandela. Les associations anciennement interdites sont autorisées, les blancs font confiance à la démocratie et les noirs obtiennent le droit de vote. En 1990 Mandela est relâché ,5 ans plus tard il est élu président et prend pour vice-président Frederik de Klerk, l'Afrique du Sud rentre dans la période de négociation. Il a réussi à sortir l'Afrique du Sud de l'apartheid sans guerre.

Nelson Mandela, aujourd'hui décédé, doit être reconnu comme un homme pas comme les autres, un héros qui c'est battu pour la paix et l'égalité entre les noirs et les blancs.

De nos jours il existe toujours d'anciennes villes noires, les territoires appartiennent toujours aux blancs, la misère et les problèmes d'éducation sont encore présents. Il faut continuer le travail de Nelson Mandela et continuer la reconstruction de ce pay

CR réalisé par Alicia Depland TES2

Après avoir assisté a la conférence de Jean Guiloinaux ,on peut étudier l’Histoire du pays qui a organisé la coupe du monde de football en 2010 .
Lorsque l’on évoque l’Afrique du Sud les premiers mots qui nous viennent en tête sont « apartheid » et « Mandela ». Colonisée au XIXe siècle la population noire de l’Afrique du Sud est dominée par une minorité de la population blanche : c’est l’apartheid, ce terme signifie « mise à part ». Comment et pourquoi cette situation a été mise en place ? Dans un premier temps nous allons voir le contexte historique de l’Afrique du sud pour ensuite montrer comment Mandela a lutté contre cette injustice.

C’est au XVIIe siècle que prend naissance l’histoire sud africaine, la Hollande était une puissance commerciale et faisait de nombreux voyages entre ses colonies malaisiennes et indonésiennes. Les navires transportaient pas moins de cinq-cents voyageurs et le trajet durait six mois aller comme retour sans oublier les mauvaises conditions d’hygiènes et la malnutrition. En 1648 un bateau fit naufrage près du Cap de Bonne Espérance, les rescapés s’installèrent alors sur cette terre et un an plus tard, en 1649, un autre bateau hollandais les ramène chez eux. Très vite ils regrettent la vie en Afrique du sud considérée comme agréable, les Européens créèrent alors un port de relâche à cet endroit. En 1652 près de cent hommes vivent là-bas et ont créé des jardins pour cultiver les réserves afin de ravitailler les bateaux. Les employés se plaisent sur ce territoire et ne veulent pas rentrer, on leur loue alors une ferme de 500 hectares. Au XVIIIe siècle le nombre d’hommes resté sur la côte est de 10000 et ils ne parlent plus du tout le hollandais, leur langue est devenue l’afrikans. Peu de temps après les compagnies européennes font faillite, les employés restent tout de même en Afrique du Sud, et la puissance britannique s’empare du Cap et le colonise. En quelques années la population se retrouve constituée d’autant d’Anglais que d’Africains.
En 1885 les Britanniques abolissent l’esclavage ,les « esclaves » devenus libres sont au nombre de 12000 ils sont beaucoup plus nombreux que les maître. Deux républiques indépendantes voient le jour : l’Etat Libre d’Orange et le Transvaal. Les Anglais prennent la côte indienne où se trouvent des richesses (43%de l’or mondial en circulation depuis 100 ans provient des mines de Johannesburg)
Le 5 juin 1918, on assiste à la fondation de l'Afrikaner Broederbond, à Johannesburg L'Afrikaner Broederbond est une société secrète établie dans le but de regrouper et soutenir la communauté Afrikaner. Les Afrikaners représentent les blancs d’Afrique du sud d'origine néerlandaise, française, allemande ou scandinave. Cela est à l’origine du courant de l’apartheid, qui consistait à opérer une séparation raciale et ethnique des peuples en différenciant leurs droits .Ce n’est qu’en 1948 que plus de 200 lois ont été appliquées envers la discrimination des noirs ,ainsi les noirs ne devaient pas entrer dans des café pour blancs, il était interdit de se marier entre blancs et noirs sous peine de prison.
Très vite des représailles des Sud Africains font leurs apparitions.
Le 18 juillet 1918 le futur 1er président noir de l’Afrique du sud nait. Mandela est issu d’une famille de haut rang ,son père était conseiller du roi, mais très vite celui-ci se trouve destitué de son travail et sans revenu. La mère de Mandela part donc s’installer dans un autre village « konou ». A dix ans il perd son père et est confié à son oncle roi des « Tambous ». Son oncle le scolarise avec son cousin, arrivé à une université mixte (de noirs et de blancs) le futur avocat se retrouve très vite renvoyé car il avait participé à une grève organisée par les étudiants contre la violence d’un contremaitre de cantine envers une cuisinière noire : l’établissement le somme de s’excuser afin de lui permettre de poursuivre ses études, Mandela refuse. Suite à cet incident son oncle souhaite le marier afin de le responsabiliser, encore une fois Mandela refuse, vole un bœuf, le vend et s’enfuit à Johannesburg où il travaillera en tant que mineur.
A Johannesburg il rencontre Walter Sisulu, qui est engagé dans la politique, celui-ci le pousse à reprendre ses études il obtient ainsi son diplôme d’avocat. En 1942 il épouse la cousine de son ami Walter, Evelyne Cotomasssé. Peu de temps après ils divorcent car son épouse considère qu’il ne passe pas assez de temps avec elle et ses 3 enfants. Il est vrai que Mandela s’était engagé encore plus profondément dans la lutte contre l’apartheid. Il rejoint l’ANC (Congrès national africain) fondé en 1912 par les Bantous afin de s’opposer aux nombreuses discriminations raciales des blancs. Ouverte à tous, y compris aux Blancs, l’ANC est une organisation non-violente qui va progressivement prendre de l’importance parmi les populations non-blanches au cours de l’apartheid.
Le régime d'apartheid est instauré en 1948. Nelson Mandela, avec d'autres, développe des techniques de lutte, des campagnes non-violentes inspirées de Gandhi, qui les avait inaugurées en Afrique du Sud. Les militants se faisaient arrêter en allant dans des endroits interdits aux Noirs (et en faisant d’autres actions non violentes) pour montrer l’inanité de l’apartheid. Au début ils se faisaient arrêter et jeter en prison, mais très vite les prisons étaient pleines, on avait plus de place pour les « hors la loi ».
En 1954 les regards sont tournés vers l’Algérie qui est en guerre de décolonisation. Ceux qui luttent en Afrique du Sud concluent que la lutte armée paye, d’ailleurs Mandela a dit : « Je frappais à une porte qui restait fermée, on a décidé de la faire sauter ».Et en 1959 et 1960, Nelson Mandela organise cette lutte armée en la décomposant en quatre parties: en 1er le sabotage, vient ensuite la guérilla qui laissera place au terrorisme pour déboucher sur une révolution : le meneur n’a jamais dépassé le premier stade car il est très vite hors course. Il se fait arrêter le 5 août 1962, à un retour de voyage en Afrique (il rendait visite au président Ben Bella en Algérie, puis se rend au Maroc et en Ethiopie pour demander de l’aide et du soutien aux Etats) il est arrêté pour être sorti du territoire sans autorisation et est condamné à 5 ans de prison. Pendant qu’il est incarcéré dans la prison de Robben Island ses partisans continuent la lutte mais, un an plus tard, en octobre 1963, l’état-major de la branche armée de l'ANC est arrêté à son tour. En 1964, Mandela est condamné à perpétuité pour "haute trahison" lorsque l’Etat découvre qu’il était le chef du mouvement révolutionnaire. Lors de son procès il plaide coupable tout en sachant qu’en le faisant il sera condamné à la peine de mort, le Maroc et de nombreux autres pays africains demandent la bienveillance pour lui mais 3 puissances mondiales s’y opposent : les Etats-Unis, la France et l’Angleterre car ils ont peur du mouvement communiste (nous sommes en pleine guerre froide).
Nelson Mandela défend toujours son idéal en disant lors du procès : « j’ai toujours été contre l’oppression c’est un idéal pour lequel j’ai consacré ma vie et pour lequel je suis près à mourir ». Il est alors condamné à perpétuité dans la prison de Robben Island ; il possède une petite cellule dans laquelle il dit qu’il ne pouvait pas s’étendre, il travailla pendant 15 ans à détruire des blocs de chaux 10 heures par jours.
Au cours de l’année 1976 les émeutes de Soweto ont éclaté, les adolescents de cette banlieue noire de Johannesburg protestaient contre l'obligation de suivre leurs études en langue afrikaans alors qu'ils souhaitaient évidemment les faire en anglais afin que leurs diplômes soient reconnus et leurs donnent la possibilité de travailler partout. Lors de cette émeute il y eut beaucoup de morts. Les adolescents ont été emprisonnés, alors, en prison une nouvelle génération débarque , elle n’avait pas les mêmes comportements que ses aînés. Ils ne savaient pas même pas qui était Nelson Mandela. Les plus âgés, comme Nelson Mandela, voient arriver des jeunes qui gardaient les mains dans leurs poches et n’ôtaient pas leur casquette devant le directeur. Mandela en conclut que c’est à sa génération d’apprendre de celle des jeunes, ce qui se passe.
En 1984, les autorités sont inquiètes du contexte international qui s’oppose à l’apartheid et Mandela semble être la clef, il doit négocier avec le président. En février 1985, le président Botha propose à Nelson Mandela, la liberté conditionnelle en échange d'un renoncement à la lutte armée. Mandela rejette l'offre, disant dans un communiqué transmis par sa fille : « Quelle liberté m'est offerte alors que l'organisation du peuple demeure interdite ? Seuls les hommes libres peuvent négocier. Un prisonnier ne peut pas faire de contrat. » En 1990 après 27 ans de prison il est libéré par le président De Klerk, avec lequel il était parvenu à s'accorder sur l'instauration d'un régime démocratique. Des élections démocratiques ont eu lieu « un homme une voix » Mandela gagne les élections et devient ainsi le premier homme noir à présider l’Afrique du sud. Après les élections, De Klerk occupera le poste de vice-président jusqu'en 1996.

Après avoir lutté toute sa vie contre les discriminations envers les noirs par une minorité de blancs, Mandela arrive au pouvoir en 1994 et le quitte sans regret car il ne s’y est jamais attaché, son idéologie reste toujours l’égalité des Hommes quelles que soient leurs origines. Le symbole de la lutte contre l’apartheid s’est éteint le 5 décembre 2013 à l’âge de 95 ans après avoir largement accompli son but. Mais les discriminations raciales ont-elles réellement disparu aujourd’hui ?

CR réalisé par Alhame Zeghache TES2

Nelson Mandela
Conférence tenue le 15 février 2014 à la salle Jaques Brel .

Jean Guiloineau est journaliste, traducteur et écrivain. Il a traduit de nombreux auteurs sud-africains comme André Brink ou Nadine Gordimer. Il a publié des essais, des nouvelles, des biographies, un roman et plus de 120 traductions de l’anglais (Afrique du Sud, États-Unis, Grande Bretagne). Jean Guiloineau a présenté samedi 15 février une conférence dont le thème portait principalement sur la vie et le combat de Nelson Mandela. Apres la mort de Nelson Mandela le 5 décembre 2013 le conférencier a eu un déclic et s’est mobilisé en écrivant son autobiographie. Le conférencier a abordé plusieurs points sur la vie de Nelson Mandela.
Nelson Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo. Il est issu de la famille royale des Thembus. Il passe 10 ans dans le village de Qunu, jusqu’à ce que son père meurt. Il continue ses études, et se marie avec Evelyne dans les années 42-43. Ensemble, ils ont 3 enfants. Nelson Mandela devient de plus en plus militant et son plus grand combat était de lutter contre l’apartheid. Mandela était le responsable de l’ANC pour le Transvaal, la grande région minière et industrielle du Nord. C’était un militant et un organisateur exceptionnel. Il va s’imposer dans les campagnes de défi : il s’agissait par exemple de faire rentrer un groupe dans la partie d’une administration interdite aux Noirs. La police les arrêtait, mais quelques minutes plus tard, un autre groupe plus important se présentait. Ainsi de suite, jusqu’à ce que les policiers soient débordés. C’était un mode d’action non violent hérité de Gandhi, qui avait séjourné à Durban, en Afrique du Sud. Le système de l’apartheid se durcit. Mandela crée alors un mouvement clandestin de lutte armée, Umkhonto we Sizwe (MK), qui signifie « fer de lance de la Nation ». Les premiers attentats seront commis par MK en décembre 1961. Mandela est passé dans la clandestinité depuis 1959. Il sera emprisonné le 5 août 1962 et ne retrouvera la liberté que le 11 février 1990. Les années 1980 sont-elles un tournant ? Jusque-là, les pays occidentaux atténuaient leurs critiques contre l’apartheid car l’Afrique du Sud occupait une position géostratégique de première importance pour l’approvisionnement en pétrole et du fait de la Guerre Froide. Au début des années 1980, les Américains font pression pour que s’enclenche un long processus qui va aboutir à la libération de Nelson Mandela. Ce fut un moment d’émotion intense car on ne connaissait même pas sa tête. A sa sortie de prison, Mandela va être un négociateur à la fois d’une intelligence exceptionnelle et d’une très grande fermeté. Nelson Mandela avait épousé Winnie en 1958. Mais très vite, il disparaît dans la clandestinité. Peu de temps après sa libération, un journaliste anglais a demandé à Mandela quelle avait été sa plus forte impression. Il a répondu : « Me retrouver le soir dans ma chambre avec ma femme. » Winnie a subi durant des années le harcèlement des autorités. Ils ont tout fait pour la briser. Il est un des rares hommes dans l’histoire qui a essayé de trouver une solution acceptable par tout le monde et qui échappe à la violence. Mandela, c’est quinze ans de militantisme, trente ans de prison, cinq ans de négociations. Puis il est élu président, il met en place les nouvelles institutions et, en 1999, il rentre chez lui, comme un bon ouvrier qui a fini son ouvrage.
Ainsi Mandela à lutter toute sa vie contre l’oppression des blancs envers les noirs et des noirs envers les blancs, il beaucoup voyager et grâce a sa forte volonté et son mental d’acier il a ainsi réussi à obtenir gain de cause.

CR de Daoud Idbouiguigane et Yacine Bououli ,TES2.

Lire la suite

Conférence sur Mandela

19 Février 2014 , Rédigé par profs Publié dans #Culture - Art - Musique

Samedi 15 février se déroulait à la salle J. Brel de Mantes-la-Ville une conférence de l'Université Corot sur N . Mandela par J Guiloineau ,journaliste auteur d'une biographie de Mandela et traducteur de son autobiographie "Un long chemin vers la liberté".

Le lycée était représenté par des élèves de TES2, CR à suivre...

J. Guiloineau présenté par M. Martin
J. Guiloineau présenté par M. Martin

J. Guiloineau présenté par M. Martin

Séance de dédicaces après la conférence

Séance de dédicaces après la conférence

Lire la suite

Colloque "Enseigner et commémorer la Grande Guerre"

16 Février 2014 , Rédigé par profs Publié dans #Centenaire 1914-18

Le jeudi 30 janvier dernier s'est déroulé à Versailles au Lycée Hoche le colloque "Enseigner et commémorer la Grande Guerre".

Le Lycée était représenté par Mmes Caussé et Mougel ,M. Planquais.

Les présentations , le matin :

* Marc Vigié (IA-IPR) :"Enseigner et commémorer la Grande Guerre au collège et au lycée:pourquoi ? Comment ?"

* Colonel Michel Goya (IRSEM):"La chair et l'acier"

* Vincent Auzas (IHTP/CNRS) :"Commémorer la guerre,de 1919 à nos jours"

*Nicolas Beaupré (Université Blaise Pascal,Clermont-Ferrand):"Écrire en guerre , écrire la guerre"

L'après midi :

*A.Loez (Sciences-Po Paris ) :"Les tranchées ,lieux d'histoire ,lieux de mémoires"

*A.Hertzog (Géographe de l'Université de Cergy-Pontoise):"Les territoires de la guerre,une patrimonalisation contemporaine"

*C. Moine(Université de Versailles St Quentin-en-Yvelines) :"La Grande Guerre et la relation franco-allemande"

V. Auzas ,N. Beaupré et M. Vigié
V. Auzas ,N. Beaupré et M. Vigié

V. Auzas ,N. Beaupré et M. Vigié

A. Loez ,A. Hertzog , M. Vigié et C. Moine

A. Loez ,A. Hertzog , M. Vigié et C. Moine

Lire la suite

Article dans le "JTM"

1 Février 2014 , Rédigé par profs Publié dans #Centenaire 1914-18

Un petit rappel dans le JTM du 30.01.14 (bas de la p.6) :

Article dans le "JTM"
Article dans le "JTM"
Article dans le "JTM"
Lire la suite